N’abandonne jamais

Blogueur Invite
antoine

En 1988, je tenais un journal intime que j’avais appelé « Pourquoi pas moi ». J’avais ce cahier sur ma table de chevet et au fur et à mesure des journées passées, j’écrivais mes exploits, mes ressentis, mes humeurs, mes progrès. Puis je l’ai laissé au fond d’un placard pendant plus de 25 ans !

En 2014,  suite à un congé sabbatique d’un an, l’idée met venue de le réécrire, ayant du temps de libre. Grâce à la complicité d’Agnès Despres et son aide précieuse avec la mise en page, j’ai repris ce manuscrit et ai choisi de le romancer pour ne pas en faire un livre trop médicalisé, aussi pour que les lecteurs sentent qu’il y a une véritable histoire. Nous avons travaillé dessus presque quotidiennement jusqu’à sa sortie en février 2015 – plus d’une année de travail. Ceci m’a replongé dans le passé, dans la douleur, dans des scènes dont j’en avais même parfois oubliées l’existence.

Mon livre raconte en effet le combat que j’ai mené pour me tenir à nouveau debout après être devenu tétraplégique suite à un accident. C’est avec plein d’émotions que je me livre et que je raconte mon parcours.

C’est un combat, une épreuve de la vie, un témoignage, mon témoignage ! Cette histoire entre une amie, mon meilleur ami, ma famille, un brancard, une maison de rééducation, je la raconte comme je l’ai vécu, avec mes mots, avec mon cœur. C’est un cauchemar, une souffrance que je délivre, à travers une blessure, que je fais vivre. C’est à l’âge de vingt-deux ans qu’a débuté cet incroyable parcours d’une tête sans corps. C’est au carrefour de mes prouesses que je soupire, je bois mes larmes, je bois mon mal. J’ai dévêtu mon cœur et mon corps. Je me suis cherché, je me suis trouvé.

Le Souffle De L'Epoir by Antoine Maldeme

Aussi nous avons fait ce livre, afin de redonner de l’espoir, du courage aux personnes qui mènent une lutte contre la maladie, la souffrance, le handicap. Nous aimerions aussi sensibiliser les gens, leurs dirent qu’à travers ce handicap, il y a une souffrance physique, mais également une souffrance morale et cette dernière est moins supportable. Cette souffrance morale est souvent liée aux regards des autres, des regards aux quotidiens qui se portent sur moi, qui me fixe, des personnes qui se retournent sans aucun complexe à mon passage. Malheureusement, ce genre de comportement vient me rappeler, qu’il y a une différence, ce qui déchaîne en moi de la haine ou un mal-être indéfinissable. C’est une lutte en permanence pour s’intégrer à cette société où le regard sur les handicapés est par certains aspects encore très arriéré. Dans ce livre, je raconte également des épisodes de désolation que j’ai vécus. Certaines prêtent à rire, d’autres sont insupportables, voire dramatiques !

Nous voulons aussi sensibiliser, nos jeunes motards de France et de Navarre, afin qu’ils puissent prendre conscience, qu’ils ont de lourdes responsabilités lorsqu’ils enfourchent leurs motos.

J’ai créé en 2015 en parallèle une association « Le souffle de l’espoir ». Ma volonté est de pouvoir aider l’institut de recherche des maladies de la moelle épinière, et ceci, grâce à une partie de la vente de ce livre et aux dons reçus. Adhérer, c’est aussi s’impliquer dans la vie d’une association et d’apporter son aide afin de vaincre tous ensemble le handicap.

Pour rejoindre cette association ou pour toute information complémentaire, laisser un message, partagez vos ressentis sur mon site internet www.lesouffledelespoir.fr.


À propos d’Antoine Maldémé

À Montier-En-Der en Haute-Marne, en 1965, c’est ici et à cette date qu’est né Antoine Maldémé, le 12 septembre. Il a usé ses pantalons sur les bancs d’école, car il n’était pas très courageux à cette époque. Il s’est mis à son compte pendant presque 20 ans, en créant un restaurant pizzeria. S’il devait se décrire, il dirait qu’il est quelqu’un de généreux et sensible. Il est très famille. Il n’a pas spécialement de passion; il aime la balade, les restaurants. Il aime la compagnie et hait la violence gratuite. « Des défauts, je n’en ai pas, je crois ! Enfin si j’en ai, il faut me le dire. » nous confie Antoine. Il a mis son histoire entre des pages, un baluchon assez lourd, une très longue route qui n’est pas finie… Il nous laisse la découvrir.

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.